Interview de Pascal Gabreau et Benoît Hascoet

Pascal GABREAU, vous êtes le Directeur Technique de l’ACGAO et Benoît HASCOET, Responsable de l’Elevage : voilà bientôt 3 ans que la Maison du Chiot a ouvert ses portes, 3 années qui ont déjà vu naître 11 portées soit 89 chiots !

Pouvez-vous nous rappeler les objectifs de cette maternité ?
PG : Souvenez-vous de l’article que nous avions écrit dans la revue consacrée à la Maison du Chiot de mai 2012. Nous vous expliquions à l’époque que 60% de nos besoins en chiots étaient couverts par le CESECAH, notre Centre d’Elevage National près de Clermont-Ferrand. Or, nos besoins grandissants, tant en nombre qu’en diversité de races nous a poussé à ouvrir notre propre centre d’élevage.

L’objectif de cette structure vise à anticiper nos besoins futurs. L’Association a mis en place, depuis plusieurs années, un service dédié au suivi des équipes (maîtres et chiens guides). Deux éducatrices sont formées pour assurer ce suivi régulier, des premiers mois du duo, jusqu’à son accompagnement vers la retraite du chien guide, grâce à des stages spécifiques pour les « chiens vieillissants ». Forts de leur expérience et de leur témoignage, nous sommes aujourd’hui en mesure d’anticiper les besoins futurs de ces maîtres et nous orienter ainsi vers les « tendances » des années à venir : goldens, labradors, bergers, croisements, etc.

Les personnes déficientes visuelles qui demandent un chien guide peuvent alors choisir la race qu’ils souhaitent ?
PG : Non, pas tout à fait. Le but est quand même de rester sur des races qui ont déjà prouvées leur efficacité en tant que chiens guides ! Notre priorité est, depuis toujours, de choisir un chien au tempérament et au physique qui corresponde à leurs besoins.

BH : Notre collaboration avec les Ecoles de chiens guides étrangères nous permet de découvrir des croisements intéressants, d’où notre dernière portée… La femelle, golden-retriever d’origine irlandaise, a grandi à l’ACGAO. Le mâle lui, en pension au centre d’élevage de Leamington (Angleterre), nous a été prêté par The Guiding Eyes (Ecole de chiens guides américaine). Ce très beau berger allemand est utilisé comme étalon par les Ecoles européennes. Nous attendons avec impatience de voir grandir ce croisement, dont vous découvrirez les premières photos sur notre page Facebook et au cœur de cette revue.

PG : Souvenez-vous également de nos « labradoodles », nés en novembre dernier à la Maison du Chiot. Ce croisement du labrador et du caniche est utilisé par les Ecoles de chiens guides australiennes depuis 1985 puisqu’il convient notamment aux personnes allergiques aux poils de chiens ! En plus bien sûr de son caractère posé, de son intelligence et de son assiduité…

BH : Et le plus courant, le croisement labrador golden-retriever qui offre des chiens dotés d’une sensibilité et d’une malléabilité qui correspond à la majorité des profils et s’adapte bien à notre travail.

J’imagine donc que les qualités physiques et comportementales des « parents » doivent donc être prises en considération. Pouvez-vous nous dire lesquelles par exemple ?
BH : Nous avons un cahier des charges très complet sur ces « critères ». Je ne vais pas tout vous détailler mais nous retrouvons : la taille du chien, sa vue, la bonne conformité des hanches et des coudes, le dépistage génétique afin de déceler d’éventuels problèmes héréditaires et l’évaluation de son comportement. Il faut qu’il y ait un bon équilibre général sur l’ensemble des situations qu’un chien guide peut rencontrer.

A partir de quel âge préparez-vous les chiots à ce genre de situations ?
BH : Nous les préparons en vue de faciliter leur arrivée en famille d’accueil et ce, dès leur naissance. Souvenez-vous de l’article de Jérôme Fillon, technicien d’élevage, parue dans notre revue de février dernier. Des exercices de manipulation, d’éveil et de jeu sont réalisés tous les jours par nos équipes jusqu’à l’âge de 2 mois. Ainsi, lorsqu’ils quittent la Maison du Chiot pour rejoindre leur famille d’accueil, ils sont propres, dorment à leur place, se laissent approcher, manipuler et ne craignent ni les hommes, ni les autres animaux !
Beau programme ! L’avenir est donc devant vous…

PG : Bien que cela fasse déjà 3 ans, nous sommes encore dans une phase de « création » de notre centre d’élevage. En effet, grâce au nombre de chiots qui naissent chaque année à la Maison du Chiot, un véritable travail avec les autres Ecoles de chiens guides fédérées s’est mis en place : environ 30% des chiots nés dans ce centre leurs sont offerts et les autres 70% restent en éducation au sein de l’ACGAO. La contrepartie : nous transmettre des nouvelles physiques et comportementales régulières du chien, de son arrivée à l’Ecole jusqu’à la fin de son parcours. Cela nous permettra, sur le long terme bien sûr, d’avoir des retours sur l’évolution de chien, né à la Maison du Chiot.

BH : De plus, pour contribuer et enrichir notre cheptel de femelles reproductrices, nous avons besoin d’accueillir des chiennes de lignées venant de toute Ecole ou Pays et ayant prouvées leurs qualités pour être chiens guides d’aveugles.

Propos recueillis par Anne OUDRY